29/09/2006

Sibylle Baier "Colour Green"

(Orange Twin Records/Socadisc)
FolkB000GUJYVU.01._SCMZZZZZZZ_V62161321_

Comment un disque comme celui-ci a t'il pu disparaître pendant plus de trente ans? Sibylle Baier, vivant aujourd'hui aux Etats-Unis, a enrgistré entre 1970 et 1973 quatorze petites épines de douleur en Allemagne, quatorze chefs d'oeuvre autobiographiques d'une pureté absolue. Accompagnée de sa seule guitare accoustique (à l'exception de "Give me a Smile"), c'est dans la nudité la plus totale, autant sur le plan instrumental qu'émotionnelle, que Sibylle Baier se livre à nous. Sa voix remplie de douleur, mais aussi d'espoir à venir, hante ses comptines malheureuses sur la disparition "Remember the day", sur l'errance "Driving", sur toute sa vie d'alors. Malgré une évidente peine dans cette voix parfois tremblante, Sibylle espére "Softly", et on souffre, on rit avec elle. L'extrême dépouillement de ses chansons facilite encore plus l'identification à toutes les émotions distillées par cette jeune femme perdue alors, et qui a annoncé il y a peu quelle reviendrait peut-être à la musique, c'est tout le mal qu'on peut lui souhaiter tellement Colour Green fait office de disque déjà culte. Ce disque est un peu le pendant féminin de Pink Moon de Nick Drake, même sentiment d'avoir affaire à des écorchés vifs, à des perdants merveilleux, les mots manquent...
Note: 9,5/10

Alex

14:06 Écrit par Melancholia dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : folk |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.