27/08/2006

Bonnie 'Prince' Billy "The Letting Go"

(Domino/Pias)
Folk
Chroniquer le nouveau Will Oldham quelques jours seulement après l'excellent "Post War" de M. Ward équivaut un peu à coucher avec une superbe top model hongroise dans un jacuzzi au bord d'une plage de Monaco, puis de la raccompagner chez elle en Ferrari: le truc qui n'arrive jamais, ou seulement sur un malentendu, comme dirait l'autre...
C'est donc avec un bonheur non dissimulé que je vous annonce la sortie imminente d'un album absolument somptueux, déjà promis à une très bonne place dans les référendums de fin d'année: "The Letting Go".
Après la parution de son live best-of l'an dernier "Summer In The South East", Bonnie "Prince" Billy n'avait pas le droit à l'erreur pour ce nouvel opus.
Mais on ne s'attendait pas à une telle claque !
Le disque ouvre sur la chanson-titre, single de l'année, aux cordes de nacre et aux voix sublimes, indescriptible.
Et la suite n'est que merveilles... Folk, blues, country, tout est ré-inventé à chaque plage du disque. Mention spéciale pour les percussions et les choeurs: un bonheur.
"Strange Form Of Life", "Wai", "Cursed Sleep", "No Bad News", "Lay And Love" sont de ces chansons qui vous suivent pour la vie...
Le son, très pur, nous laisse entendre chaque craquement de bois, chaque respiration, chaque frottement d'archer, et même les lampes chauffées à blanc des amplis.
Nordique dans l'esprit (l'album a été conçu avec l'aide du producteur de Björk), mais américaine de coeur, la musique d'Oldham n'a jamais été aussi sincère et authentique.
Dans la vie, il y a peu de situations où les mots ne viennent pas, où le souffle est coupé: la naissance d'un enfant, un enterrement, et "The Letting Go" de Bonnie "Prince" Billy. L'album de la consécration.
Note: 9,5/10

Mark

02:22 Écrit par Melancholia dans Musique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Kiffe Bien sure queue si sa arive ! moi jé couché avec plin de top modèle pa dan un jacuzi mé dan ma caisse sur le parking d'Auchan, é sété pa un malentendu, é cété dé bone. alor di pa de coneri mec.
bon, pa grave j'te kiffe toujour té croniks denfer, sé d'la boule.
biz
RACHID de Mozac

Écrit par : Rachid | 28/08/2006

Les commentaires sont fermés.